Colorblind
Pop-folk
le 21 novembre 2009

Vernissage du CD


Coupable en 2007 de la parution d'un album perle ("Under a Paper Moon" ) Colorblind s'apprête en cet automne 2009 à publier un second opus. Pour mémoire "Under a Paper Moon" avait en quelque sorte jeté les bases de ce que l'on pourrait qualifier de "néo-folk", retenant du folk l'émotivité de la musique acoustique et un format "chanson" en les alliant à des techniques d'arrangements et de réalisation artistique moderne. A l'époque on pouvait lire dans la presse française "Colorblind, le nouveau folk-rock européen". Et l'on comparaît - avec plus ou moins de pertinence - Colorblind à Damien Rice, Jeff Buckley ou encore James Blunt...

Ecrit pour la plus grande partie pendant la tournée qui suivit la sortie de leur premier album et enregistré sur plus de deux ans, "Anywhere out of the World" est résolument plus rythmé que son prédécesseur. Contrairement à "Under a paper Moon" on sent l'influence de la présence d'un batteur tout au long du procédé d'écriture des chansons : elles intègrent plus systématiquement de la batterie, donnant à l'ensemble des morceaux un couleur plus pop-folk, peut-être plus dansante, bien que ce terme ne soit pas parfaitement adéquat. Le tout semble aussi plus léché - sans pour autant nuire à la fragilité parfaitement maîtrisée et essentielle à la canalisation de l'émotion - plus travaillé : visiblement un grand soin à été porté à la production.

Si, comme dans "Under a Paper Moon" , le fil rouge de l'album est tissé principalement par la voix, on découvre dans "Anywhere out of the World" une collection assez éclectique de morceaux : l'une des forces de Colorblind est de réussir à conserver une identité très typée en déclinant la forme des morceaux dans les styles les plus divers. Aussi passe-t-on d'un somptueux titre au accents jazz ( Hollywood ) à des magouilles électroniques radioheadesque ( My Glory ), d'une ballade franchement pop au débit outrageusement lent ( Hello ) à un hit rapide presque rock ( Blue Sky ) ou des bricolages de studio sparklehorsiens ( Coldroom ) sans jamais perdre la ce qui en fait la substance.

Chez Colorblind l'essence ne se trouve pas dans la forme et l'on peut gager que derrière leur vocabulaire musical se cache une grande culture de tout ce qui s'est fait musicalement jusqu'à présent.

Le groupe pousse même le vice jusqu'à recommander l'écoute de la première partie de l'album plutôt le jour et la seconde la nuit. Autrement dit, un disque crépusculaire propice aux errances de l'imagination.

ENTREE : Fr. 15.-
Horaires et dates
21h
le 21 novembre 2009

Tarifs
15 CHF
Partager :  

Veuillez remplir les champs