La mort du Prince
Fragments de l'oeuvre inachévée de Fernando Pessoa
le 2 février 2018

Lieu: La Grange
lu par Jean-François Michelet


La Mort du Prince, texte de Fernando Pessoa, lu par Jean-François Michelet, comédien

Est-ce la fin de la vie ? Le monde est-il retourné ?  Bouleversé ? Mis sens dessus dessous ? Avec La mort du Prince, on pénètre dans un désordre des choses qui nous révèle une réalité transformée. Un rêve ? Une illusion ?

 «J’ignore de quel côté est la vie», s’interroge un des personnages de La Mort du Prince. Ce texte fait écho à l’installation Cela va faire des vagues dans le sens où la situation du visiteur dans l’espace démantelé de la grange devient une expérience existentielle de la précarité et du basculement de la vie, de la fragilité du réel et de tous les effondrements possibles. Un réel qui menace de se déliter pour faire réapparaître les rêves, les désirs enfouis. «Les villes rêvées, ce sont elles qui étaient réelles.» 

Ces fragments de textes dramatiques de style post-symboliste mettent scène un dialogue entre deux personnages, l’un amené à une étrange expérience de dépossession de soi alors que l’autre l’enjoint à exprimer ses sensations les plus intimes. Il est question de sortir de soi-même pour se voir de face et de dos, d’entendre sa voix non plus du dedans mais du dehors. Imaginer se quitter soi-même, migrer dans un autre corps et dans un ailleurs et même ne plus penser. Le monde des objets prend alors, a contrario, de plus en plus d’importance. «On dirait que la fenêtre voit, elle aussi.»  

Fernando Pessoa (1888-1935) est un écrivain portugais qui a créé de très nombreux hétéronymes (dont les plus connus sont Alvaro Campos, Alberto Caeiro, Ricardo Reis, Bernardo Soares) pour écrire et parfois publier des textes en prose, des poèmes, des pièces de théâtre, des traductions et des critiques littéraires. A son décès, on a découvert, dans une malle, plus de 27'000 textes qui ont peu à peu été exhumés et publiés. Le Livre de l'intranquillité a été publié en 1982, en 1988 pour la traduction en français. 

Jean-François Michelet, comédien vivant en Valais, est diplômé de la Manufacture de Lausanne en 2006. Il a notamment collaboré avec les metteurs en scène Alain Knapp, Guillaume Béguin et Robert Bouvier. Il enseigne l’improvisation à l’Ecole de théâtre de Martigny. Ces dernières années, il a joué au Petit Théâtre à Sion, au Château Mercier à Sierre, à l’Arsenic à Lausanne, au Théâtre du Loup et au Grütli à Genève. On peut le voir aussi au cinéma dans des fictions et des courts-métrages.

 

 

 

Horaires et dates
19H30
le 2 février 2018

Tarifs
Entrée libre
Renseignements
+41(0)27 203 21 11
info@ferme-asile.ch
Partager :  

Veuillez remplir les champs