Un cercueil pour la vie
Marie-Antoinette Gorret
du 8 février 2009 au 28 mars 2009

13 installations
Vernissage, dimanche 8 février dès 11h


L'artiste Marie-Antoinette Gorret investit l'espace de la Grange pour une création in-situ exceptionnelle constituée de treize installations.

Marie-Antoinette est Suisse, valaisanne. Ses diplômes de l'Ecole des Beaux-Arts en poche, section Beaux-Arts et Arts appliqués. Marie-Antoinette Gorret a d'abord beaucoup peint et exposé avec succès. Elle est d'ailleurs la première femme peintre à avoir été reçue à la Fondation Pierre Gianadda, en 1982. Elle reçoit ensuite le prix d'encouragement de l'Etat du Valais en 1988. Puis viennent d'autres prix nombreux et exemplaires. Dont le prix des Nations Unies pour une affiche internationale sur le thème de l'aide aux réfugiés dans le monde, ou le prix du concours Sida, organisé par le groupe Sida Genève. Très vite Marie-Antoinette Gorret s'éloigne des chemins traditionnels et trouve sa voie ailleurs : car c'est dehors qu'elle veut être, c'est dehors qu'elle veut exposer, en plein air, dans un contexte public et libre.

"Un cercueil pour la vie "

Marie-Antoinette Gorret a décidé de s'emparer d'un sujet qui la "travaille depuis longtemps". A l'occasion d'une exposition unique et courageuse présentée à la Ferme-Asile, elle partagera avec le public sa peur intime d'une boîte, le cercueil. Nous serons invités à revivre avec elle, à travers treize installations, les étapes qui l'ont menée du rejet au dépassement et à interroger notre propre rapport avec cette incontournable boîte.

Dans le froid de février, sous la ramure de la Grange, Marie-Antoinette Gorret nous invite à une promenade au coeur des forêts, territoire par essence de l'expérimentation de soi dans les mythologies et les traditions. Avec cette exposition, comme dans ces récits, le réel et l'imaginaire se confondent. Le protagoniste progresse dans son initiation et connaît ses peurs, qui se faufilent lancinantes et finissent par l'envahir.
La peur à laquelle nous confronte Marie-Antoinette Gorret, tout le monde la connaîtra un jour, si elle n'est pas déjà une accompagnatrice fidèle. La peur de la mort, le rejet de la mort, incarnée par un proche que l'on découvre un jour dans cet intolérable cercueil.
Marie-Antoinette Gorret "avait trop peur de ces boîtes, elle en parlait tout le temps. Elles l'avaient empêchée de voir ses morts, elles la faisaient pleurer à tous les enterrements."


MEDIATION POUR LES CLASSES
Des activités de médiation à la carte sont proposées pour les classes. Vous trouverez toutes les informations dans le document téléchargeable.


VISITES GUIDEES
Mercredi 18 février, 18h30
Jeudi 26 février, 18h30
Jeudi 12 mars, 19h000
Jeudi 26 mars, 19h00


CONFERENCES
Dans le cadre de l'exposition, deux conférences et une rencontre avec l'artiste auront lieu.

jeudi 5 mars, à 20h30 : café-perso avec Marie-Antoinette Gorret. L'occasion de découvrir cette femme passionnante et attachante, de partager avec elle doutes et espoirs, rêves et projets, en toute simplicité et convivialité.

jeudi 12 mars, à 20h30 : M. Bernard Wyder, la représentation de la mort dans l'histoire de l'art.

jeudi 26 mars, à 20h30 : M. Bernard Crettaz, les rites mortuaires
Horaires et dates
ma-sa : 11h à 23h
lundi fermé
du 8 février 2009 au 28 mars 2009

Partager :  

Veuillez remplir les champs